Meilleur traitement contre la kératose (comparatif 2018)

Kératose : informations et traitements

Vous cherchez des informations sur la Kératose  ? Comment traiter la Kératose ou bien comment soulager la douleur ? Vous êtes au bon endroit !

Mais c'est quoi en fait la Kératose ? La kératose ou kératodermie (ou hyperkératose) est une maladie de peau bénigne qui entraîne l’augmentation de l’épaisseur des couches cornées de l’épiderme. On parle souvent de « kératoses » au pluriel, car elles sont généralement nombreuses. 

On distingue plusieurs types de kératose :

  • La kératose pilaire qui touche essentiellement les adolescents.
  • La kératose sénile qui touche les personnes plus âgées et qui est une lésion précancéreuse.
  • Et la plus commune, la kératose actinique ou kératose solaire qui résulte d’une exposition excessive au soleil et qui touche en général les personnes de plus de 45 ans. Chez certains patients, cette kératose peut entrainer un cancer de la peau.

Les symptômes de la kératose actinique

Si la kératose actinique est asymptomatique dans la majorité des cas, le patient peur remarquer certains changements comme des tâches, une rugosité de la peau ou des rougeurs cutanées. 

La kératose actinique peut en effet revêtir divers aspects mais elle se manifeste en particulier par l’apparition de plaques rouges et squameuses sur les parties du corps les plus exposées au soleil notamment sur la tête et le visage. Mais le cou, les mains et les avant-bras peuvent être touchés tout comme le cuir chevelu, la poitrine et parfois le dos et les jambes. 

Les lésions sont de forme écaillées et rugueuses au toucher (c’est parfois ainsi qu’on les décèle au départ) et varient en taille et en couleur. Elles peuvent faire jusqu’à 3 cm de largeur et être claires ou foncées en allant du rose au rouge. Une croûte blanche ou jaune peut se former sur le dessus. Et la peau autour de la lésion peut présenter des signes d’altération : des taches brunes, de la couperose, des rougeurs, des rides. 

Les lésions peuvent s’épaissir et durcir. Une excroissance en forme de cône peut se former sur le dessus. On parle alors de « corne cutanée ». On note aussi parfois comme manifestation clinique de la maladie un asséchement des lèvres. 

La kératose peut aussi provoquer des démangeaisons et être douloureuses. Mais c’est l’aspect disgracieux qui gêne le plus souvent les personnes qui en sont atteintes. 

Les causes de la kératose actinique

La principale cause à l’origine de la kératose actinique est l’exposition excessive et prolongée au soleil (d’où son autre appellation de kératose solaire). Ce sont les rayons ultra-violets du soleil (même ceux artificiels des cabines de bronzage) qui causent des dommages au niveau de l’épiderme en modifiant les gènes des cellules de la peau. Cette dernière ne peut plus se réparer toute seule et les cellules endommagées sont remplacées par des cellules anormales. 

Il faut noter que la kératose actinique se développe en général plusieurs années après l’exposition prolongée au soleil. Et que certaines kératoses sont induites par une exposition intense aux rayons X ou à certains produits chimiques. 

Les facteurs de risque

Le risque augmente avec l’exposition au soleil. Par conséquent, les personnes vivant dans les pays ensoleillés sont le plus touchées. Tout comme les sujets sensibles au soleil. Par contre on ne sait toujours pourquoi les hommes sont plus atteints que les femmes. Probablement parce qu’ils travaillent plus en extérieur. 

Les sujets de plus de 40 ans, celles au système immunitaire affaibli (par des médicaments, une chimiothérapie ou le SIDA par exemple) sont aussi le plus à risque. 

La prédisposition génétique est aussi en cause. Les personnes à la peau claire (les blonds et les roux et ceux avec des taches de rousseur) et aux yeux clairs (bleus, verts) ont plus de chances d’être touchées par la maladie.

La kératose n’est cependant pas héréditaire mais la réaction de la peau au soleil l’est, elle. Elle entraîne donc une prédisposition à développer la maladie.

Les traitements contre la kératose

Lorsque le diagnostic de la kératose est établi par le médecin et qu’il est confirmé par une biopsie (un examen d’un échantillon de peau en laboratoire), il faudra obligatoirement se protéger du soleil. Non seulement vous devrez utiliser tous les jours une protection solaire avec un indice 30 SPF au minimum (30 minutes avant de sortir et le renouveler toutes les deux heures) mais vous devrez aussi éviter le soleil (notamment entre midi et 16h) et porter des vêtements adaptés (manches longues, chapeau, pantalon). 

Cependant un suivi régulier chez un dermatologue est essentiel car la kératose est une maladie considérée comme pro-carcinogène. Elle peut entraîner un cancer de la peau notamment un carcinome spinocellulaire. Le risque est d’environ 0,1% par an et 5 à 15% des cas de kératose peuvent se transformer en carcinome. Certains scientifiques considèrent même la kératose comme un stade précoce de cancer de la peau. 

D’autant plus qu’il ne faut pas oublier que ses manifestations cliniques peuvent ne pas être visibles au début. Donc, pour éviter son développement et déceler un cancer le plus tôt possible, le spécialiste vérifiera l’étendue des lésions, dépistera les plus suspectes et prescrira un traitement. 

Traitements chez le dermatologue

Les traitements varient selon les patients, leurs antécédents et les paramètres de la maladie (nombre de lésions, aspects…). Le dermatologue peut utiliser divers moyens thérapeutiques et les combiner.

La cryothérapie (pour les kératoses isolées et peu nombreuses). On utilise le froid (généralement de l’azote liquide) pour geler et détruire les cellules cutanées formant les squames qui tomberont quelques jours après la séance. Quelques semaines plus tard, la peau devient rose puis normale.

Le pelage chimique (peeling). Cette méthode anti-âge est aussi utilisée pour traiter la kératose du visage. Les couches superficielles sont éliminées sous l’effet de l’acide trichloracétique que l’on aura appliqué sur la peau. L’épiderme se régénère au bout d’une semaine environ. Les effets secondaires sont une décoloration et une irritation de la peau.

Le curetage pour nettoyer la surface de la peau. On assèche les cellules kératosiques avec du courant électrique puis on les gratte avec une curette sous anesthésie locale.

La thérapie photo-dynamique avec un laser. On applique sur la kératose une substance qui réagit à la lumière puis on active pendant 20 minutes une LED rouge. La lumière va provoquer une réaction photochimique et détruire les cellules abimées. Une anesthésie locale est possible On place ensuite un pansement pendant 2 à 3 jours. Le taux de guérison est de 90% et il y a de bons résultats esthétiques. 

Le re-surfaçage au laser pour peler la peau. On pointe le faisceau d’un laser CO2 ou erbium YAG sur les lésions (anesthésie locale possible). Elles sont détruites sans causer de saignement. Cette méthode est pertinente pour les personnes prenant des traitements qui fluidifient le sang ou lorsque les autres traitements n’ont pas été efficaces.

Traitements médicamenteux

Les kératoses multiples peuvent être traitées localement avec des crèmes ou des gels topiques. Les produits diffèrent selon la substance qui les compose. 

Le 5 –fluorouracile a pour but d’interagir avec le développement des cellules cancéreuses. Il doit être appliqué en couche mince, tous les jours. Des petites plaies se forment, puis des croûtes et enfin la cicatrisation se fait. Le 5 –fluorouracile peut entraîner des effets secondaires comme des rougeurs, un gonflement et des croûtes qui disparaissent à l’arrêt du traitement. Mais au final, il y a peu de cicatrices et un bon résultat esthétique. 

Le diclofénac sodique est un anti-inflammatoire non stéroïdien. Il limite l’inflammation et le gonflement en bloquant les prostaglandines. Par exemple, le gel Solaraze en contient et il peut être prescrit chez les personnes qui tolèrent mal les autres traitements. Il faut l’appliquer deux fois par jour pendant 3 mois.

L’imiquimod booste le système immunitaire qui produira des substances pour combattre le cancer. Il doit être appliqué deux fois par semaine, pendant 16 semaines. Ses effets secondaires sont une irritation, un gonflement, des rougeurs de la peau, la formation de croutes...

Le mébutate d’ingénol est une substance active qui régénère les cellules cutanées endommagées et provoque une inflammation de la zone appliquée pour favoriser la réparation de la peau. On en trouve dans le gel Picato qui est disponible en deux dosages (un pour le corps, un pour le visage et le cuir chevelu). On l’applique pendant 2 à 3 jours, une fois par jour et les résultats sont visibles au bout de 4 semaines. Les effets indésirables sont les mêmes que pour les produits précédents. 

Évolution de la maladie

La kératose peut guérir spontanément suite à l’absence totale d’exposition au soleil. Les symptômes peuvent aussi s’atténuer ou disparaître au fil des mois et réapparaître après une nouvelle exposition au soleil. 

Mais ce qu’il faut surtout savoir c’est que la kératose actinique est le signal que le capital solaire d’une personne est épuisé. La maladie peut en effet évoluer en carcinome épidermoïde. 

Vous devez donc examiner votre peau de la tête au pied et si vous remarquez une tache inhabituelle, une grosseur ou un endroit de votre épiderme qui a changé, consultez rapidement votre médecin pour un examen cutané complet. Faites un bilan régulier de dépistage, c’est votre santé qui est en danger !

Traitements contre la Kératose

picato-keratose

solaraze-keratose